AUX GRANDS DE CE MONDE

AUX GRANDS DE CE MONDE

Au vu de ce qui se passe dans nos pays, il nous a paru opportun de publier un passage biblique afin que ceux qui briment et humilient les autres puissent  le lire ou le relire pour en tirer des enseignements nécessaires. Il s'agit  d'Isaïe 5, 8-25.

 

"Malheur à vous, qui ajoutez maison à maison, et qui joignez champ à champ, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de place, et que vous restiez seuls propriétaires du pays. Aussi mes oreilles ont entendu ce serment du Seigneur des armées: quantité de maisons, je le jure, seront dévastées, de grands et magnifiques domaines seront inhabités. Dix arpents de vigne ne produiront qu'un bat; un homer de semence ne donnera qu'un épha.

Malheur à ceux qui dès le matin cherchent la boisson, et qui s'attardent le soir dans les fumées du vin!

Amateurs de la cithare et de la harpe, du tambourin, de la flûte et du vin à leurs banquets.

Mais pour l'oeuvre du Seigneur ils n'ont pas un regard, ils ne considèrent pas l'ouvrage de ses mains.

Aussi mon peuple sera-t-il déporté sans s'être douté de rien.

Sa noblesse sera tenaillée par la faim, et la populace desséchée par la soif.

Aussi le séjour des morts sera-t-il béant, il ouvrira la gueule démesurément.

La splendeur (de Sion) et sa foule bruyante, son tapage et sa joie s'y engloutiront.

Les mortels seront abaissés et l'homme sera humilié, les regards hautains seront abattus.

Le Seigneur des armées triomphera dans le jugement, le Dieu Saint se montrera tel en faisant justice.

Des agneaux paîtront ces lieux comme leur pâturage, et sur les ruines les chevreaux brouteront.

Malheur à ceux qui tirent le châtiment avec les cordes de l'inconduite et la peine du péché comme avec les traits d'un char!...

Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres, qui rendent doux ce qui est amer et amer ce qui est doux!...

Malheur à ceux qui mettent leur vaillance à boire le vin, et leur virtuosité à mêler des liqueurs;  à ceux qui, pour un cadeau, acquittent le coupable, et déboutent celui qui a le droit pour lui!

Aussi, comme le chaume est dévoré par une langue de feu, et comme la paille est consumée par la flamme, leur racine va tomber en pourriture, et leur fleur s'envoler comme la poussière, parce qu'ils ont répudié la loi du Seigneur des armées, et méprisé la parole du Saint d'Israël.

C'est pourquoi le courroux du Seigneur s'enflamme contre son peuple.

Il s'en prend à lui et le frappe;

les montagnes en tremblent, ses cadavres, comme des charognes, gisent dans les rues. Cependant sa colère ne s'apaise point, et sa main reste prête à s'abattre."

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Les commentaires sont clôturés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×