LE RASSEMBLEMENT POUR LE GABON ET LA JEUNESSE GABONAISE

Le Rassemblement Pour le Gabon (RPG) qui place l’homme au centre de tout accorde une place privilégiée à la jeunesse, l’avenir du pays. Ce sont les jeunes qui, demain, doivent prendre les rênes de notre pays. Relativement à ce qui précède, il convient de dire ici quelles sont les attentes du Rassemblement Pour le Gabon par rapport aux jeunes. Faut-il rappeler que ces attentes s’appuient sur l’idée que ce Parti se fait du développement du Gabon. Aussi, avant d’entrer dans le vif du sujet, convient-il de définir le concept de jeunesse et de caractériser la jeunesse d’aujourd’hui, après avoir brièvement défini le concept de développement.

1. De la définition du concept de jeunesse

 Alain Vulbeau définit la jeunesse comme une catégorie d’usagers en tutelle, un groupe d’acteurs en quête d’autonomie. Pour l’Organisation des Nations Unies (ONU), la jeunesse « représente la fraction de la communauté qui se situe entre la fin de l’enfance et le début de l’âge adulte, c’est-à-dire ceux que la communauté considère comme ses jeunes ».

 T. Bloss constate, quant à lui, que la jeunesse est une catégorie historique récente, présentée comme une catégorie à problèmes et construite en grande partie par l’Etat, à travers les systèmes éducatifs et les dispositifs post-scolaires.

 Selon Pierre Bourdieu, « la jeunesse n’est qu’un mot, c’est une catégorie non spécifique, un leurre idéologique qui tente d’homogénéiser sous un même vocable un groupe aux réalités sociales différentes ».

En effet, il y a des différences entre les jeunesses des classes populaires c’est-à-dire celles des « mapanes » et celles des classes aisées. Les jeunes sont ainsi traversés par une différenciation qui conduit à leurs conditions sociales. C’est donc par un abus de langage formidable que l’on subsume sous ce même concept des univers sociaux qui n’ont pratiquement rien de commun. Les jeunes sont toujours définis par rapport à la catégorie des adultes. Mais, plus qu’à une question d’âge biologique, le positionnement sociologique est actuellement mesuré à partir de l’emploi comme signe de distinction entre les âges.

En définitive, la jeunesse est difficile à définir. On ne sait pas exactement quand elle finit. Aussi Gérard Mauger classe-t-il les différentes tentatives de définitions en deux catégories :

1- La jeunesse comme un âge de la vie, c’est-à-dire une séquence biographique composée entre la fin de la puberté et la fin de la croissance. 2- La jeunesse comme une génération.

2. Des caractéristiques de la jeunesse gabonaise d’aujourd’hui La jeunesse d’aujourd’hui se caractérise par l’instabilité. Cela veut dire qu’ils sont changeants. Cette instabilité se traduit souvent par le vagabondage politique. C’est ainsi qu’on peut voir beaucoup d’entre eux passer sans vergogne d’un parti politique à un autre, à la recherche d’on ne sait quoi. Ces jeunes vagabonds politiques sont ainsi victimes des marchands d’illusions avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer. A terme, ce tourisme politique auquel se livrent bon nombre de jeunes finit par les dépiter et leur faire croire que la politique c’est l’art de tromper les autres. Qu’est-ce qui serait à l’origine d’une telle instabilité ? Faut-il en rechercher les causes dans l’absence d’un véritable projet de société qui tienne compte des préoccupations des jeunes ? C’est une piste que l’on pourrait explorer pour résoudre le problème de l’instabilité. Cette instabilité pourrait induire l’irresponsabilité. En effet, de nombreux observateurs peuvent se rendre compte, au regard des attitudes affichées par nos jeunes, que notre jeunesse devient de plus en plus irresponsable notamment celle qui est encore scolarisée. Cette jeunesse ne semble pas prendre au sérieux sa formation.

 Elle est de plus en plus démotivée voire démobilisée. Elle oublie que l’école a pour mission d’assurer sa mobilité sociale. Cette démotivation et cette démobilisation se traduisent aujourd’hui par les mauvais résultats enregistrés chaque année scolaire. La jeunesse scolarisée, malgré de nombreux rappels à l’ordre et les décès enregistrés, se livre à la consommation des drogues. Pour celle qui n’est pas scolarisée et qui est emploi, il n’y a aucune initiative de sa part pour améliorer son sort. Il y a aussi une absence d’organisation. On se contente des cadeaux. Notre jeunesse est déboussolée. Elle manque de repères.

 Elle est déconnectée de nos traditions qui auraient pu lui donner la possibilité de trouver des réponses idoines aux grandes questions qu’elle se pose. Enfin, notre jeunesse semble muselée aujourd’hui. Elle n’a pas souvent la parole dans la plupart des structures politiques de notre pays. On décide généralement sans requérir son avis sur des questions qui la concernent. D’où certaines attitudes agressives qui semblent exprimer son ras le bol.

3. Du concept de développement

 Le Rassemblement Pour le Gabon (RPG) définit le développement comme le fait de passer d’un état à un autre meilleur. Cela dit, le RPG estime que le Gabon ne doit pas chercher à se développer comme la France ou les Etats-Unis. Il doit se développer à sa manière en s’appuyant sur ses valeurs traditionnelles. Cela nécessite un travail de socialisation qui est un processus par lequel les normes sociales sont assimilées.

 4. Des attentes du RPG par rapport à la jeunesse

 Nous allons ici nous inspirer essentiellement des discours du Président du Rassemblement Pour le Gabon, Paul MBA ABESSOLE, pour aborder ce sujet. Il faut dire que relativement à l’état des lieux que nous avons fait plus haut, le RPG doit travailler à la mise en place d’une nouvelle culture politique adaptée au type de développement souhaité. Pour ce faire, il doit promouvoir la culture de participation dans laquelle les sujets deviennent de véritables participants, des citoyens qui entendent agir sur le système politique, orienter ou infléchir son action par des moyens démocratiques divers. Le RPG rejette la culture « paroissiale » dans laquelle les individus sont peu sensibles au système politique global, à l’ensemble national et se tournent surtout vers un sous-système politique plus limité (village, canton, clan, tribu). Tout comme il rejette la culture de sujétion qui développe la passivité à l’égard du système politique.

 Pour le Gabon de demain, le RPG veut des partisans de l’effort intellectuel et physique. L’effort intellectuel, selon le leader du RPG, c’est l’analyse, la découverte de la cohérence à l’intérieur et à l’extérieur des choses. C’est l’invention. Paul MBA ABESSOLE estime que, dans le domaine intellectuel, le cadeau tue. Décerner un diplôme alors que la matière n’a pas été assimilée est un acte anti national. Accorder un titre à un Gabonais alors qu’il n’a pas tout le savoir nécessaire à l’exercice de la responsabilité qu’entraîne cette fonction est une manière de faire reculer le pays au moment où l’on parle de l’excellence et de la compétition. Pour que le Gabon de demain soit meilleur, le RPG encourage aussi l’effort physique qui se traduit par le travail manuel, transformateur de notre environnement. Le fait qu’on l’a relégué parmi les choses qui humilient l’homme a mis notre pays dans l’état de dépendance où il se trouve actuellement. De sorte que nous ne sommes souverains dans aucun secteur de notre vie. Que les jeunes qui sont partisans du moindre effort sachent qu’ils ne peuvent pas indéfiniment compter sur les autres. Aidons-nous d’abord nous-mêmes si nous voulons que les autres nous aident.

Le RPG veut d’une jeunesse libre. C’est pourquoi il est persuadé que ceux qui choisissent son idée du Gabon doivent le faire librement. Dans son discours de clôture du 1er Congrès Extraordinaire du Rassemblement National des Bûcherons (RNB) le 9 octobre 1993, le Paul MBA ABESSOLE confirmait cette idée :

 "Ceux qui choisissent notre idée du Gabon doivent le faire librement. Personne ne peut faire confiance à quelqu’un qu’il a acheté ni avoir le moindre respect pour lui. Ceux qui distribuent de l’argent pour se faire choisir sont des esclavagistes. Ceux qui acceptent notre idée du Gabon, nous les voulons libres. Nous voulons que leurs intelligences se déploient au maximum pour ouvrir de nouvelles perspectives qui suscitent chez tous le courage de se mettre debout et de combattre la misère que nous côtoyons en permanence dans notre capitale et dans tous nos villages."

 A propos des jeunes, le leader du RPG dévoile, dans son discours, lors du Congrès du PDG, le 19 juillet 2003, le projet qu’il a pour les jeunes. Il lance un appel aux autres responsables politiques pour un peu plus de considération pour ceux qui tiendront les rênes de notre pays.

 "A propos des jeunes, nous, responsables des partis politiques, devons reconnaître que nous avons pris de l’âge. Nous devons nous efforcer, dès maintenant, d’introduire les jeunes dans les structures de nos partis pour les préparer à la relève. L’avenir de notre pays en dépend. Remettre cela à demain, ne peut être que préjudiciable pour notre nation, en ce début du 3ème millénaire où tous les pays se préparent à toutes les concurrences politiques, économiques et technologiques. Les jeunes, me semble-t-il, n’attendent qu’à être responsabilisés. Comprenons leur impatience et donnons- leur les raisons d’être patients."

 Il convient de souligner qu’on ne peut responsabiliser les jeunes qui ne sont pas conscients du rôle qu’ils seront appelés à jouer dans leur pays. Les propos rapportés ci-dessus confirment la place privilégiée que le RPG accorde à la jeunesse. Toute chose qui justifierait l’adhésion massive de cette dernière au Rassemblement.

En guise de conclusion, nous avions pour objectif de contribuer à la conscientisation des jeunes compte tenu de leur instabilité politique afin qu’ils comprennent la nécessité d’adhérer au RPG. Nous avions voulu également leur faire prendre conscience du rôle qui est le leur : gérer le Gabon de demain.

 Pour ce faire, nous avons d’abord caractérisé la jeunesse gabonaise d’aujourd’hui à la lumière des attitudes affichées. Il ressort de cet état des lieux que la jeunesse gabonaise ne présente pas un visage reluisant. Son inconscience et le tourisme politique auquel elle se livre en font une victime toute indiquée des marchands d’illusions. Elle est ainsi devenue l’esclave d’une certaine classe politique partisane de la culture de sujétion qui engendre des citoyens passifs à l’égard du système politique. A travers quelques extraits des discours du Président du RPG, Paul MBA ABESSOLE, nous avons dévoilé le projet que son Parti a conçu pour la jeunesse qui est appelée à tenir les rênes de notre pays, le Gabon. Ce pays doit se développer à sa manière en tenant compte de ses traditions. C’est pourquoi le RPG développe la culture de participation dans laquelle les sujets deviennent des citoyens libres qui entendent agir sur le système politique ou infléchir son action par des moyens démocratiques.

 Si les jeunes pensent qu’ils sont réellement les acteurs du développement de notre pays et qu’ils doivent vivre décemment, qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité, ils ont donc intérêt à soutenir le RPG en y adhérant massivement pour que leurs intérêts soient mieux pris en compte. Au cas où cette proposition leur semblerait pertinente, nous aurions atteint notre objectif.

Léonard MBA ESSOGHO

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Les commentaires sont clôturés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×