LES TETES COMMENCENT A TOMBER

L'élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 qui s'est déroulée au Gabon, au lendemain du décès du président Omar BONGO ONDIMBA, a révélé d'importantes dissensions au sein du Parti Démocratique Gabonais (PDG) avec le départ de nombreux hiérarques de cette formation politique. Une situation qui a donné lieu à la naissance de l'Union Nationale (UN) qui compte en son sein la majorité sinon la totalité des dissidents.

Si certains de ces dissidents ont exprimé au grand jour leur haine viscérale à l'égard de l'actuel locataire du Palais du Bord de Mer, Ali BONGO ONDIMBA, d'autres pour des raisons ventrales ont fait semblant de le soutenir. Le jour, ils étaient les chantres de l'émergence, la nuit ils apportaient un soutien indéfectible aux candidats et leaders de l'opposition. Parmi ces traîtres, on compte de nombreux personnels du commandement (gouverneurs, préfets, secrétaires généraux, etc).

Ce sont les élections partielles du 6 juin 2010 qui ont permis de démasquer ces traîtres. Certains hiérarques ont, au cours de ces élections législatives partielles, apporté un soutien multiforme aux candidats de l'opposition, en dépit des instructions du Président de la Majorité Républicaine pour l'Emergence.

Le grand mouvement des personnels récemment enregistré dans l'Administration du Territoire pourrait être la conséquence de l'attitude incriminée ci-dessus. Si tel est le cas, ce n'est qu'un début. Avant les élections législatives de 2011, beaucoup de têtes vont encore tomber. Il y a lieu de nettoyer les écuries d'Augias.

Ekarakara Fam

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Les commentaires sont clôturés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×