COURS DE LANGUE FANG (SUITE)

SYNTHESE DE LA DEUXIEME SEANCE DU COURS DE LANGUE FANG DE PAUL MBA ABESSOLE

Le Père Paul Mba Abessole a dirigé sa deuxième séance de cours de langue fang le mercredi 23 juillet 2014, au siège du Rassemblement Pour le Gabon (RPG), à 16 heures, comme d'habitude. Contrairement à la précédente séance, le nombre d'apprenants était plus important. Il y avait une trentaine d'apprenants.

Le formateur a d'abord fait observer que les fangs originaires de l'Estuaire ont été influencés par les myénés. D'où la myénisation de certains sons. Aux fins de corriger la mauvaise prononciation de certains sons, Paul Mba Abessole a soumis les apprenants à un exercice qui consistait à lire une phrase comportant certains sons ( kp, ngb, nk, ng). Il s'agit de la phrase suivante: "Y' ô ne kpè ngbagh nkel o kaghe nkel ngbagh ngara".

Il faut préciser que ces phonèmes n'appartiennent pas aux langues bantou. Ce qui pourrait confirmer l'hypothèse selon laquelle les fang ne sont pas des bantou.

Après ces propos introductifs, Paul Mba Abessole a fait un bref rappel des éléments du cours précédent relatifs à la prononciation tout en indiquant des choix futurs notamment en ce qui concerne l'écriture de certains sons. Tel est le cas du phonème ch avec deux possibilités d'écriture: S et sh. C'est le cas aussi de la consonne vélaire ong dans Ndong avec deux possibilités: Ndong et Ndon.

La séance du 23 juillet 2014 portait essentiellement sur l'étude du schéma des genres de la langue fang. A ce sujet, il convient de noter que la langue fang a neuf genres avec 15 classes nominales contrairement à la langue française qui n'en compte que deux (le masculin et le féminin).

L'étude des genres a été faite à partir des trois premiers noms modèles ( môr, nze, onon)

Exemple: 1- Môr a kobe (singulier)   -   Bôr ba kobe (pluriel)

                  L'homme parle              -  Les hommes parlent

               2- Nze za fem (singulier)  -  Be nze ba fem (pluriel)

                  La panthère rugit          -  Les panthères rugissent

               3- Onon wa yele (singulier) - Anon da yele (pluriel)

                  L'oiseau vole                -   Les oiseaux volent

Avec ces trois exemples, nous avons trois genres avec cinq classes nominales. Le mot modèle môr du premier genre fait aussi partie de la première classe nominale au singulier et à la deuxième classe au pluriel. nze quant à lui, appartient au 2ème genre et à la 3ème classe au singulier même s'ils ont les mêmes pronoms référents dynamiques et statiques au pluriel (2 ème classe). Enfin, onon est du 2ème genre et appartient aux 4ème et 5ème classes nominales.

Pour identifier le genre d'un nom, il faut procéder de la manière suivante:

1- Trouver son singulier et son pluriel.

2- Ses pronoms référents dynamiques et statiques au singulier et au pluriel.

3- Son rapport avec les mots modèles. Lorsqu'il y a identité de forme, on conclut que le nom est du genre du mot  modèle identifié.

Il faut retenir qu'il y a neuf mots modèles: Môr, Nze, Onon, Afan, Ntoma, Nda, Ebuma, Viong, Wo.

La deuxième partie du cours était axée sur la lecture du manuel "KUL ba NZEH". Avant de faire lire le conte Kul ba Nzeh, le formateur a tenu à faire remarquer aux apprenants que le mot kul a été bantouisé avec l'ajout de la voyelle "u". Or les mots fang se terminent toujours par une consonne selon la structure CVC (consonne voyelle consonne). Avec la bantouisation du mot Kul en Kulu, on n'obéit plus à la structure précitée.

Après avoir demandé à chaque apprenant de lire un extrait du conte, il a fait procéder à l'identification des mots modèles des trois premiers genres. Par ailleurs, Paul Mba Abessole a fait la distinction entre le pronom référent dynamique et le pronom référent statique.

On utilise le pronom référent dynamique quand le sujet est actif.

Exemple: Onon wa kobe. ( wa = pronom référent dynamique)

              L'oiseau ( il) parle.

             Onon one évele (one = pronom référent statique)

             L'oiseau (il) est rouge.

Il convient de signaler que le Fang met une distance entre lui et son action. D'où l'utilisation du pronom référent. Cela veut certainement dire qu'il ne s'identifie pas à son action.

La séance de cours a pris fin avec la présentation d'un instrument de musique traditionnelle fang appelé Odzam ngan. Selon Monsieur Hubert qui l'a étudié, cet instrument accompagnait les contes.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Les commentaires sont clôturés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×