REUSSITE SCOLAIRE ET CHRONOPSYCHOLOGIE AU GABON

REUSSITE SCOLAIRE ET CHRONOPSYCHOLOGIE

Ci-joint un article du Dr Véronique Solange OKOME BEKA, Maître Assistant (CAMES) en service à l'Ecole Normale Supérieure de Libreville et Directeur de l'Ecole du Rassemblement (EDR).

Cet article, paru dans la revue Educ recherche n°1 de juillet-août-septembre 2011, revue de la recherche en éducation éditée par l'INRE Algérie, a pour titre:"Réussite scolaire et chronopsychologie au Gabon"

 

"Si la chronopsychologie peut être considérée comme une science qui étudie le comportement, les rythmes scolaires et les variations de l'activité intellectuelle c'est qu'elle cherche à favoriser la réussite des apprenants. Pour le professeur Hubert Montagner, l'aménagement du temps scolaire n'a de sens que s'il repose sur deux fondements:

- il doit nécessairement s'enraciner dans l'alternance du jour et de la nuit (la photopériode, c'est-à-dire la durée du jour par rapport à la durée de la nuit, est un synchroniseur majeur des rythmes biologiques de l'Homme. C'est un facteur universel et donc "incontournable";

- il ne doit pas être à contretemps ou à contre phase des rythmes biologiques de l'enfant-élève quels que soient l'âge et aussi le lieu d'habitation, la catégorie sociale et la culture de la famille.

Dans un rapport que nous pouvons considérer comme le premier plaidoyer de la chronopsychologie, Montagner recommande avec force la réduction du temps scolaire. Car  pour lui, l'échec ou la baisse de rendement chez les jeunes trouve sa principale cause dans l'allongement à l'infini des activités pédagogiques et la mauvaise gestion du temps scolaire.

En effet, il part du principe que les rythmes essentiels des humains sont circadiens. Le temps fort et le temps faible de chaque rythme reviennent périodiquement toutes les 24 heures. Il y a aussi des rythmes rapides (ou ultradiens), par exemple le rythme cardiaque (en moyenne 70 battements par minute), le rythme respiratoire ou encore les fluctuations de la vigilance au cours de la journée. Enfin, il y a des rythmes lents (ou infradiens) dont la période est d'environ une semaine, un mois (cycle ovarien), une ou plusieurs années.

Cependant, s'agissant de l'enfant, il n'existe aucune rythmicité dont la période soit d'une semaine ou d'environ une semaine. En effet, aucun enfant-élève ne peut mobiliser ses capacités d'attention, ses capacités de traitement de l'information, ses capacités de mémorisation et ses ressources intellectuelles pendant 6 heures de temps contraint, c'est-à-dire, à l'école élémentaire, 5 heures à 5 heures 30 de temps pédagogique et 1 heure à 1 heure 30 de recréation ( le  moment de la récréation étant aussi un temps contraint pour beaucoup d'enfants, notamment ceux qui redoutent les chocs, les chutes, les agressions, les rejets, les exclusions des autres...)

En partant de ces réalités et dans l'intérêt supérieur des enfants et de leur famille (quelles que soient la catégorie sociale, la culture et les origines ethniques), Montagner propose un aménagement du temps scolaire qui repose d'abord sur des modifications de la journée scolaire du lundi au vendredi inclus. Celles-ci tiennent compte essentiellement des rythmes circadiens des enfants-élèves.

En prenant en considération les dysfonctionnements du système éducatif gabonais, nous voulons voir, s'il est possible, à partir d'une approche chronopsychologique, de fomenter la réussite scolaire au Gabon.

ENQUETE SUR LE TERRAIN

Le Lycée d'Application Nelson Mandela a été choisi comme terrain d'expérimentation parce qu'il est l'établissement d'application de l'Ecole Normale Supérieure de Libreville.

ANALYSE DES RESULTATS


Au Lycée d'Application Nelson Mandela, le taux de réussite est de 66,57%, le taux de redoublement est de 23,94%, pour diverses raisons, 9,62% sont exclus. Ces résultats ont été confrontés aux conditions de vie des élèves auprès desquels l'enquête a été réalisée. Les éléments considérés sont: le lieu d'habitation, l'heure de sommeil, l'heure de réveil, la prise et le lieu du déjeuner.

A partir de ces données, le premier constat révèle que l'apprenant gabonais, en l'occurrence celui du Lycée d'Application Nelson Mandela, étudie dans les conditions déplorables. Les résultats obtenus suggèrent que cette situation particulière peut être à l'origine du faible taux de réussite des élèves de cet établissement.

Sur l'organisation des activités pédagogiques, 51,06% déclarent éprouver de la fatigue entre 11h et 15h. Ils critiquent également l'organisation de l'emploi du temps. Ils jugent inadéquate la planification des cours quant aux horaires d'EPS. Dans les 5 classes de 3ème, le cours d'EPS est placé à la première heure le mercredi de 7h30 à 9h15. Vu le manque d'infrastructures appropriées, les élèves déplorent le fait qu'ils doivent rester toute la journée sans prendre de douche, sentant toute la sueur du sport. Les enseignants qui interviennent à partir de la deuxième heure, c'est-à-dire après le cours de sport, dénoncent la baisse de l'attention des élèves qui dorment ou qui baillent parce qu'ils sont fatigués.

Sur les rythmes biologiques, l'enquête révèle que 67,02% se couchent tardivement, après 22 heures, et se lèvent très tôt avant 5h du matin, ceci à cause de l'éloignement entre le lycée et le lieu d'habitation. De manière générale, ces jeunes, qui vont passer de longues journées sans repos au lycée dorment juste quelques 7h. Ce déficit d'heures de sommeil souligne le problème de la carte scolaire (63,83% habitent loin du lycée) et celui du manque de transport scolaire (55,32% prennent le taxi).

Les questions portant sur les jours et les heures de motivation ont reçu des réponses assez variées. La même réaction est observée lorsqu'on aborde celle des horaires des matières dites fondamentales telles que le français, les mathématiques ou la physique.

Sur la vigilance et la motivation, l'enquête révèle que près de 100% d'élèves sont plus vigilants et performants avant la récréation de 10h et en début de semaine, c'est-à-dire lundi, mardi et mercredi.

Cette étude préliminaire, qui établit un lien entre le taux de réussite et les conditions de vie des élèves, ouvre la voie à un débat qui n'existe pas encore au Gabon sur les rythmes scolaires.

INTERPRETATION

En milieu scolaire, les activités pédagogiques ont pour objectif prioritaire la réussite de l'élève. En général, les différentes approches, faites sur l'organisation de ces activités, cherchent à adapter de manière permanente l'action de l'enseignant afin d'améliorer les performances de l'élève.

L'aménagement des temps génère un meilleur équilibre au travail de l'ensemble des acteurs (adultes et enfants) qui oeuvrent dans une école. C'est pourquoi, l'opinion des enseignants, des enfants et des parents dans l'évaluation de l'environnement pédagogique est nécessaire. Ainsi, les transformations (horaires de classe, goûter pédagogique, activités sportives et artistiques, étude avec aides méthodologiques) diverses mises en places dans les écoles françaises déclarées Zones d'Education Prioritaires (ZEP) comme celles de la Dole ont eu pour base la satisfaction des besois de l'enfant et en particulier le respect de ses rythmes chrono psychologiques (Testu, colloque TTizi Ozou, mai 2011).

Il est donc primordial de donner du sens aux activités des élèves. Car l'aménagement des temps et des activités pédagogiques apparaît désormais comme une variable incontournable, un enjeu dans la réussite pour l'épanouissement des élèves.

A partir de là, la chrono psychologie peut se poser comme l'unique alternative pour la réussite scolaire aujourd'hui. Les résultats des études de Montagner et de Testu (Testu, Conférence inaugurale, colloque Tizou Ozou, mai 2011) montrent que l'on ne peut pas "faire n'importe quoi, n'importe quand et n'importe comment."

Le taux de réussite et les conditions de vie des élèves du Lycée d'Application Nelson Mandela (notre établissement d'enquête) montrent un lien étroit avec les rythmicités biologiques, notamment celles qui ont trait au sommeil et à la veille, et qui témoignent des états de fatigue ou non.

L'aménagement du temps scolaire (ATS) est une notion très récente. Elle n'est pas encore prise en compte au Gabon. Pourtant, quelques aménagements ont permis de garder la semaine de 5 jours. Le mercredi après-midi au primaire est libéré, mais au secondaire, il est souvent réservé aux activités parascolaires (sportives et socioculturelles). Mais beaucoup d'établissements du secondaire utilisent le samedi matin pour rattraper les cours trop souvent interrompus par les incessantes grèves et les débuts tardifs des années scolaires. De ce fait et malgré la déclaration officielle du samedi comme journée libre, de nombreux établissements organisent des activités pédagogiques ou socioculturelles le samedi matin.

De façon générale, les modifications apportées concernent le calendrier annuel. Quant aux horaires, le début des classes est prévu pour 7h30. Or, comme nous l'avons noté, au gabon et particulièrement à Libreville où l'étude est menée, il n'existe aucune organisation du transport urbain. La SOGATRA (Société Gabonaise de Transport) qui assure le transport en commun est bien défaillante et ne dessert pas toute la zone urbaine. Compte tenu de l'absence totale de la carte scolaire, cette défaillance a de graves répercussions sur le fonctionnement et rendement scolaires. En effet, tous les établissements signalent un fort taux d'absences à la première heure. Ces absents qui, en réalité, sont les retardataires ( les enseignants et leurs élèves) ont fini par développer le phénomène que nous avons dénommé:"la culture du retard". Pour un système éducatif qui se veut efficace, ce manquement est un sérieux coup de frein au rendement scolaire des jeunes gabonais. Il démontre que la note obtenue en classe n'est pas la seule raison qui explique l'échec scolaire.

PERSPECTIVES

En dehors du sempiternel manque d'infrastructures scolaires, nous comprenons que pour favoriser la réussite scolaire au Gabon, la politique éducative doit prioriser la recherche en éducation. celle-ci permettrait de dégager des voies comme celle de la chrono psychologie qui, aujourd'hui, se pose comme une alternative viable, tant elle place l'apprenant au centre des préoccupations scolaires.

Sachant le manque de carte scolaire et la non existence d'un système de transport scolaire, nous proposons quelques aménagements qui peuvent conduire à une meilleure gestion des rythmes scolaires dans le système éducatif gabonais:

  •  la suppression du début des cours à 7h30 pour tendre vers une harmonisation à 8h pour tous les établissements;
  • la prise en compte de l'état de fatigue récurrent exprimé par les élèves en début de matinée en adaptant les activités de la première heure;
  • la sensibilisation des familles quant à la chronologie et à l'hygiène de vie chez leurs enfants;
  • la suppression d'une récréation en matinée afin d'avancer celle de l'après-midi à 15h10;
  • l'arrêt des cours à 12h, compte tenu des grandes chaleurs de midi qui caractérisent le Gabon pendant l'année scolaire et qui, en même temps, sont source de fatigue, d'endormissement et de baisse de l'attention au cours de la dernière heure;
  • l'organisation des activités parascolaires ludiques et de plein air ( découverte de sites et parcs écologiques), des sorties en ville (visites de musées et de monuments historiques...).

Enfin, pour la réussite de l'aménagement du temps scolaire au Gabon, il est judicieux de rappeler le code de déontologie recommandé par les équipes des professeurs Montagner et Testu:

  1. respect du nombre de période de travail (5) et du nombre de congés(4);
  2. les petites vacances doivent avoir une durée minimum de dix jours;
  3. le volume d'enseignement annuel (936 h) ainsi que les répartitions horaires par groupe de disciplines sont inéchangeables;
  4. la durée de la journée de classe ne doit pas excéder 6h;
  5. le nombre hebdomadaire de jours de classe ne peut être supérieur à 5;
  6. le volume d'heures d'enseignement dans la semaine ne pourra excéder 27h.

...

Dans le cas du Gabon, la prise en compte de ces préalables est bien nécessaire au moment d'engager une réflexion sur la réussite scolaire, vu le manque d'emprise de l'Etat et de contrôle pédagogique sur la pléthore d'établissements privés laïcs présents sur toute l'étendue du territoire national.

CONCLUSION

Le projet de transformation de l'école gabonaise implique une réflexion profonde. malgré une mobilisation effective des décideurs politiques gabonais, les différents Etats Généraux (1983,2010), forums(juin2011) sur l'éducation et autres rencontres au sommet semblent reproduire un même schéma qui met en avant l'échec caractérisé du système éducatif.

En outre, malgré une certaine recherche en éducation qui clame le changement de paradigmes, le passage à l'acte reste toujours peu convainquant.

En conséquence, les problèmes éducatifs et de formation se sont même aggravés tout au long de ces trois dernières décennies.

Or, l'essor économique d'une société dépend avant tout de la qualité de son système éducatif. C'est pourquoi, lorsque celui-ci est en crise, il y a des répercussions systématiques sur la vie sociale du pays. Aujourd'hui, la question n'est plus de savoir si la réforme de l'école est nécessaire au Gabon, mais plutôt comment y arriver? Quelles stratégies adopter pour faire du système éducatif gabonais un système productif?

La volonté politique agissante doit pouvoir envisager des voies de remédiation. Aujourd'hui la chrono psychologie semble la plus indiquée. A partir de cette perspective, les spécialistes de l'éducation au Gabon sont invités à prendre part à ce débat scientifique qui s'engage vers une nouvelle révolution scolaire.

Celle-ci va jouer un rôle sur l'amélioration de l'école, elle-même en lien avec la société (sa dynamique). Aussi, c'est l'ensemble de ces éléments qui pourront favoriser la redéfinition des finalités et objectifs, en tenant compte des impératifs économiques, sociaux, culturels et politiques. De ce point de vue, tout est lié: une société où les hommes sont bien formés dans une école ambitieuse, est une société qui sait plus ou moins où elle va."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Les commentaires sont clôturés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×